Dwelt

Dwelt

Nicolas, Ethan, et mise à jour un peu en vrac

Ecrit par Plume

 

 

 

 

 

Approcher Nicolas, ça revenait à tenter d'approcher une bête sauvage une peu curieuse. Tant qu'on ne la regarde pas, elle reste là, avance un peu, nous observe, mais dès qu'elle se rend compte qu'on l'a remarquée, pouf ! elle s'évanouie dans la nature.

Les bêtes sauvages, ça on connaît. Chacun d'entre nous en est une. Daem et moi, on a donc prit le temps d'apprivoiser Nicolas, lui faire comprendre qu'il était le bienvenue, qu'on ne lui ferait pas de mal, qu'on le protégerait. Nathan, de loin le moins menaçant de nous tous et jouant déjà de temps à autre avec Nicolas, a bien aidé dans le processus.

Enfin est arrivé le jour où Nicolas a cessé de nous fuir et s'est mis à rechercher notre compagnie. C'est arrivé petit à petit : il nous a d'abord rejoint dans le salon de la maison commune du monde intérieur, le soir avant d'aller dormir, quand on transforme le canapé en lit et qu'on joue aux lézards devant la cheminée avant de sombrer dans le sommeil ; puis de plus en plus souvent au cours de la journée.

C'est là qu'on a découvert que sous sa bonne humeur apparente et sa timidité, il a une peur bleue de disparaître, quelle que soit la forme de la "disparition" : la mort, l'intégration, la fusion, etc.

Sauf que voilà, je suis moi aussi phobique de la mort. Daem sait comment me calmer moi, mais aucun ne nous deux ne savaient comment calmer Nicolas, du coup on a commencé à tomber dans un cercle vicieux, sa peur alimentant la mienne qui venait alimenter la sienne.

Et puis un matin, tout s'est arrêté. Plus de peur, d'angoisse. Mais plus de Nicolas non plus. En le cherchant, on a finit par découvrir qu'il avait été mit en pause. Il était techniquement toujours vivant, toujours là, mais totalement inconscient, dans un état encore plus profond que le sommeil.

Ca a été une découverte assez choquante pour nous. On savait que c'était arrivé à d'autres systèmes, d'avoir des alters en quelque sorte désactivés, mais nous ne nous attendions pas à ce que ça nous tombe dessus comme ça.

Ca a prit plusieurs jours pour qu'il nous revienne, et depuis il est toujours comme à moitié présent seulement. Ca s'améliore petit à petit, très lentement, mais il est encore loin d'être redevenu aussi vif qu'avant.

 

 

Si vous avez bien lu le titre, vous avez dû remarquer qu'il y a un nom inconnu au bataillon. Ethan est arrivé sans aucun signe annonciateur. J'étais à l'université, en train de chercher une salle vide pour manger à midi, quand j'ai sentis un des petits pleurer. J'ai naturellement aussitôt chercher Nicolas, mais ce n'était pas lui. J'ai appelé Nathan (pour une fois contente de ne pas avoir inversé les prénoms de Nathan et Nicolas, j'ai du mal avec les prénoms en général et le début en "N" me perturbe) quand une voix de très jeune enfant m'a répondu "c'est pas lui, c'est moi, Ethan".

C'est comme ça que j'ai découvers Ethan, entre 2 et 4 ans.

On va commencer à songer à ouvrir une maternelle, je pense...

Au niveau du caractère, Ethan est plus timide que Nathan et Nicolas, mais il n'a pas vraiment peur de ce qui l'entour. Il est surtout intimidé et adore le contact physique, du moins dans le monde intérieur. Du fait de la très, très grande différence de taille entre le corps et lui, on hésite encore à lui permettre de sortir à un autre moment que le soir, pour faire un câlin aux peluches avec Nathan et Nicolas (oui d'ailleurs à ce sujet, la peluche de chat de Nathan a été rejointe dans mon lit par la peluche de loup revendiquée par Nicolas et la peluche de bébé Simba revendiquée par Ethan).

 

C'est drôle de voir les trois plus jeunes ensembles. Même si Nicolas est le plus âgé (8-10 ans), c'est Nathan (5-6 ans) qui, étant le moins craintif de tous, a prit le rôle du grand frère. Cela donne lieu à des scènes comme celle où Nicolas était en train de faire un câlin à sa peluche en suçant son pouce. Je me suis fais la réflexion que je n'avais jamais sucé mon pouce étant petite, et Nathan s'est exclamé sur un ton ultra-fier que lui non plus... avant de se tourner vers Nicolas et de lui dire que c'était pas grave si lui suçait son pouce, qu'il y avait aussi des grands qui suçaient leur pouce et qu'ils restaient des grands quand même.

Un autre qui nous a surpris avec les jeunes, c'est Alexis. Daem et moi nous attendions à ce qu'il ne les aime pas plus que ça, mais il s'avère qu'il les aime bien et il lui arrive de jouer avec eux.

 

Il n'y a qu'entre Varegh et Alexis que la situation est toujours tendue. Je ne crois pas en avoir parlé ici (on a tellement de travail en ce moment, entre la fac et les sites où l'on est administrateur et graphiste, que c'est dur de tout garder à jour) mais Varegh considère Alexis comme une menace pour Cassandra et refuse donc qu'il soit près d'eux.

Comme Cassandra n'a absolument pas peur d'Alexis, la situation s'améliore petit à petit, au moins pour ce qui est de la politesse (il peut leur arriver de se dire bonjour, maintenant ! ).

 

Voilà, c'est à peu près tout !

 



22/04/2017
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres