Dwelt

Dwelt

Ne pas pouvoir lui échapper

Ecrit par Plume, peut contenir des éléments pouvant en perturber certains, alors faites attention en lisant ;)

 

 

20170920_203115.jpg

 

 

 

 

Etre au courant d'un fait et le voir se dérouler sont deux choses différentes.

Il aura fallu un sms pour que l'on comprenne à quel point.

 

J'étais dans la cuisine, en train de faire la vaisselle, quand mon téléphone a vibré. Je revenais à peine de mon rendez-vous chez la psy, et bien qu'elle n'ait jamais fait ça avant, j'ai cru que c'était elle qui m'envoyait un message. Nous avions eu un peu de mal à trouver un créneau pour le rendez-vous suivant, et je m'attendais à ce qu'elle me dise qu'elle avait une autre date de disponible finalement.

Je n'ai pas vérifié le numéro avant d'ouvrir le sms. De toute façon, je n'avais pas le numéro de la psy, et je n'ai pas une bonne mémoire des chiffres, alors que mon portable m'affiche un numéro en +33 inconnu ne m'a pas surpris.

J'ai dû relire deux fois les premières lignes du sms avant de comprendre ce qui était écrit et qui en était l'expéditeur. Les mots mère, procès, si tu as besoin de mon aide, s'enchaînaient devant mes yeux sans arriver à trouver leur sens. J'avais l'impression d'être entrée dans une autre dimension.

Il n'était pas censé avoir mon numéro, n'est-ce pas ?

Et puis j'ai compris : le portable de mon frère avait dû finir entre ses mains. Je préfère croire qu'il a fouillé dans les affaires de mon frère plutôt qu'imaginer que celui-ci ait pu lui donner mon numéro.

Je suis restée un moment sans bouger, plantée là dans la cuisine, alors qu'à l'intérieur, c'était le branle-bas de combat.

Daem et Alexis étaient furieux, les petits étaient terrorisés, et moi je me sentais violée. J'avais envie de jeter mon portable contre le mur, de le casser, d'être sûre de briser ce lien qui c'était créé malgré moi, alors que je lui avais dit que je ne voulais plus jamais lui adresser la parole. J'avais envie de lâcher mon portable, de le repousser loin de moi, comme si il avait été souillé, comme si il risquait de me contaminer.

Encore une fois, il arrivait à revenir dans ma vie. Dans notre vie.

Encore une fois, les évènements me prouvaient que je n'arriverais jamais à lui échapper totalement.

J'ai envisagé lui dire d'aller s'étouffer avec son fric, mais quelque chose m'en a empêché : il n'était pas stupide au point d'imaginer que j'allais accepter son argent, si ?

Alors pourquoi est-ce qu'il cherchait à ce que je l'envoie paître ?

La question avait une réponse simple : il espérait que je lui dise que je n'avais pas besoin de son argent afin de décrédibiliser la demande de pension de ma mère.

J'ai serré les dents. Je ne pouvais pas lui dire d'aller se faire voir, parce que ma mère avait quand même un peu besoin de cet argent ; je ne pouvais pas lui dire que j'acceptais, pas alors que j'avais envie de lui cracher au visage.

J'ai commencé à écrire que si il avait un problème avec ma mère, il n'avait qu'à le régler avec elle, puis j'ai voulu effacer le message. Ne pas répondre valait mieux. Sauf Alexis, hors de lui, avait une autre idée sur la conduite à tenir, et le sms a été envoyé alors que je pensais appuyer sur la touche "effacer".

La suite de la conversation s'est déroulée comme d'habitude, vieux jeu du chat et de la souris où le chat n'a pas conscience de traquer un autre chat. Le statut quo a été facile à maintenir. J'aurais pu l'écraser, l'humilier, je l'avais déjà fait. Mais j'en avais assez de le voir revenir dans ma vie, et un statut quo était déjà suffisamment intolérable pour lui. La conversation s'est terminée par un dernier sms emplit de mépris à mon encontre. Alexis ricana. Bien que personne ne gagne, c'est nous qui remportions la victoire en l'empêchant d'obtenir ce qu'il souhaitait.

Une victoire au goût amer pour moi, parce que tout ce que j'arrivais à penser, c'est qu'il n'y a rien que je peux garder hors de sa portée, et qu'encore une fois, je n'ai de valeur pour mon père qu'en tant qu'outil.

Un cruel rappel du fait que je ne lui échapperais jamais totalement, et qu'il ne m'aimera jamais parce que je suis la création qui s'est retournée contre lui.

 

Il y a des jours où j'ai l'impression de n'être rien de plus que ça : une tentative ratée, qui s'est brisée avant de pouvoir servir et dont les morceaux lui ont glissé entre les doigts. Quelque chose d'inutile, d'incomplet, qui n'est pas fini et qui, de fait, n'arrivera jamais à rien.

A l'intérieur, c'était l'instabilité qui régnait. Alexis était au bord de la crise, j'étais au bord du précipice, et Daem ne pouvait pas nous rattraper tous les deux, sans parler des petits effrayés qui se cachaient dans un coin.

Et, curieusement, le fait que je sente les autres aussi perturbés m'a permis de reprendre mes esprits. J'ai décidé de refuser de le laisser gagner. Nous étions en train de lui donner exactement ce qu'il voulait : une réaction.

Alors, dans ce mode "pilote automatique" que j'ai beaucoup expérimenté dernièrement, je suis allée récupérer la feuille format A3 qui traînait depuis l'an dernier dans ma chambre, et j'ai réunis tout le monde afin qu'on se lance dans un projet qu'on avait en tête depuis un moment : se servir de cette feuille pour peindre tous les mots en rapport avec le système qui nous viendrait à l'esprit.

J'ai commencé par écrire les noms de chacun, imbriqués à la façon de mots croisés. Les petits ont été les premiers à sauter sur l'occasion d'une distraction, et les premiers à suggérer que l'on change de couleur pour chacun d'entre nous. On a eu du mal à s'organiser, au début, les mots pleuvaient, j'avais du mal à suivre, et il faut savoir que tout le monde ne sachant pas écrire, on pouvait se retrouver à ne plus savoir comment orthographier des mots pourtant simples, comme "ensemble" ou "partenaires".

Malgré ces petits gênes, au bout de trois heures la feuille était couverte de mots et de couleurs, et les sms échangés semblaient appartenir à une autre journée.

 

Ca n'a pas empêcher les cauchemars de revenir, plus vifs que jamais, et j'envisage sérieusement de changer de numéro.

 

 



14/10/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres