Dwelt

Dwelt

Mise à jour de la rentrée

Ecrit par Plume

 

 

 

 

Il s’en passe des choses, mais le stress et l’épuisement ont souvent raison de nous ces temps-ci. Et quand ce n’est pas le stress et l’épuisement, c’est Claude qui n’aime pas que l’on s’étale en public.

 

En ce moment, on a l’impression d’être totalement seuls, jetés dans le monde extérieur. Le dernier ami proche que l’on avait, on a dû le repousser - ou est-ce lui qui nous a mis de côté en premier ? En tout cas le résultat est là : aucun d’entre nous n’est prêt à forger des liens plus fort que de simples amitiés désormais. Ce sont les seules qui durent.

Mais on se sent seuls.

 

Au niveau du stress, il y a eu les rattrapages il y a quelques jours, et la rentrée est dans deux-trois semaines. Autant dire qu’on profite à fond de ces deux-trois semaines pour récupérer. Du moins, on essaie. Ma famille, surtout ma mère, est de plus en plus une source de trigger. D’abord parce qu’on ne supporte plus aussi bien qu’avant que nos limites soient dépassées, et l’arrivée de notre chat n’a rien arrangé. On ne tolère aucun comportement qui puisse être un tant soit peu abusif ou irrespectueux envers elle, or ma mère les a accumulé au début.

Et puis on a peur qu’elle (ma mère) décide qu’elle ne supporte plus le chat et exige que l’on s’en débarrasse. C’est ce qui s’est passé avec le chien que nous a donné ma cousine, quelques années plus tôt, et ça nous a profondément marqué. Même si légalement le chat m’appartient, et qu’elle ne fait pas beaucoup de bêtise, la réaction de ma mère quand elle s’en rend compte est toujours source d’angoisse pour nous.

Rien que ce matin, j’ai frôlé la crise d’angoisse après que le chat ait cassé un des rideaux de ma mère sans faire exprès, que celle-ci ait râlé pendant une demi-heure (alors que c’est réparable facilement) et qu’elle ait, pour rigoler, a mit ses mains autour du cou du chat en disant qu’elle allait la transformer en saucisse. Heureusement, notre chat a été très bien sociabilisé et n’a même pas cillé, mais nous…

On a hâte de pouvoir partir et vivre notre vie sans plus dépendre d’elle.

 

Pour revenir sur le chat, cette boule de poil est la meilleure chose qui nous soit arrivée depuis notre premier chat. Elle est adorable, gentille, curieuse, avec son petit caractère néanmoins.

Elle sent aussi quand on est en co-présence et a une préférence pour Alexis : c’est le seul qui a eu droit à des câlins au début (et même encore maintenant, elle vient plus facilement quand c’est lui).

Ethan, qui ne verbalise pas, est content parce qu’il a quelqu’un a qui parler : ce chat fait tout un tas de petits bruits, allant du miaulement au roucoulement en passant par des petits « mmmh », et Ethan et elle peuvent passer plusieurs minutes à communiquer par « mmmh ».

Nathan s’éclate à jouer avec elle avec le plumeau, les balles et les peluches.

Même Claude, qui s’amusait à nous faire peur en disant qu’il allait transformer le chat en kebab une fois qu’il serait là, l’aime bien (même si il ne veut pas l’admettre) et ne supporte pas le comportement que ma mère peut avoir parfois envers elle.

Ce chat doit bien être la seule chose sur laquelle on est tous d’accord, la seule chose qui nous fait travailler ensemble en coopération presque parfaite.

 

Sinon avant-hier soir, on a décidé de ré-arranger notre monde intérieur. Comme on passe quasiment tout notre temps dans la partie commune, j’ai proposé qu’on fusionne tout en un seul grand paysage. Ça nous a prit presque une heure pour tout arranger, mais désormais on a la maison commun au sud, le feu de camp à l’est, le terrain de jeu pour les petits au nord, et une autre maison à l’ouest, gardée par Varegh et Cassandra.

Cette maison, on l’a construite pour… stocker ? une chose que l’on a découvert dans la cave.

 

Je voulais faire un tour dans la cave histoire de voir si il n’y avait pas un autre alter de perdu là-dedans et, au lieu d’un alter, on a trouvé une espèce de nuage d’éléments encore moins développés que les fragments.

Pour ceux qui ne sauraient pas, les fragments sont des alters assez réduits : sens de soi, émotivité, capacités cognitives, mémoire, etc. tout est réduit au strict minimum.

Ethan, par exemple, est un fragment. Quand on l’a trouvé, il n’avait quasiment aucun souvenir, juste de la peur et de l’angoisse qu’il éprouvait continuellement. A notre contact et au contact du monde extérieur, il a pu se développer et presque atteindre le stade d’un alter complètement formé.

Linda aussi est un fragment : à part le désir de plaire, elle ne ressent rien. Rien du tout. C’est intensément perturbant.

Avec Varegh, on hésite toujours à le qualifier de fragement, parce qu’il est strictement fixé sur le fait de protéger Cassandra, et sa réflexion ne va pas souvent beaucoup plus loin, mais il n’est pas idiot, il est juste très monomaniaque.

Enfin bref. On a donc trouvé quelque chose d’encore moins développé qu’un fragment et on n’a aucune idée de ce que c’est. Daem a appelé ça des « traces » et le nom est resté. Ça ressemble à des petits, tout petits bouts de souvenirs, d’émotions, d’impressions qui n’ont trouvé personne à qui s’accrocher, qui n’arrivent pas à fusionner, alors ils flottent là.

Comme c’était hors de question de les laisser dans la cave, mais aussi hors de question de les laisser dans la nature, on les a stocké dans une autre maison et Varegh et Cass’ se sont proposés pour garder un œil dessus.

 

A côté de ça, on passe en troisième année de fac de psychologie, et on est tous hyper-motivé. Surtout Alexis, qui a réussi a filouter pour avoir une matière qui l’intéressait en option. Comme on ne pouvait pas prendre l’Anglais (pour des raisons administratives compréhensibles mais quand même frustrantes), je pensais prendre une option d’étude de la mythologie grec et de la Bible, c’était l’une des seules restantes qui m’intéressaient… sauf qu’une fois devant la personne chargée de m’aider à remplir mon papier d’inscription, j’avais complètement oublié cette option et je me suis retrouvée à remplir le papier pour avoir Espagnol. Ce n’est qu’une fois sortie de la salle, quand je suis repassée devant le poster des options, que j’ai juré intérieurement. Mais c’était trop tard.

J’espère juste qu’Alexis sera capable de gérer comme quand on était au lycée. Il profitait du fait que l’Espagnol m’ennuie à mourir pour contourner la surveillance de Daem et dessiner. Du coup c’est le seul d’entre nous qui est capable d’aligner et de comprendre plus de deux mots en Espagnol et le seul à aimer cette langue.

Il m’affirme qu’il gérera même mieux, vu qu’il ne sera plus enfermé dans un coin, mais j’ai quand même un peu peur qu’il prenne à nouveau les cours d’Espagnol pour des cours de dessin… Enfin on a toujours réussi à avoir 13 de moyenne en Espagnol, on devrait pouvoir s’en sortir là aussi.

 

Enfin voilà, c’est tout pour cette « petite » mise à jour.

On espère que les choses se calmeront suffisamment pour qu’on puisse enfin écrire tous les articles que l'on a en tête, sur des sujets dont on a envie de parler depuis longtemps.

 

Et en espérant que tout se passe bien de votre côté.

 



26/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres