Dwelt

Dwelt

Joyeuses fêtes... "joyeuses" ?

Ecrit par Plume

 

 

 

 

Le titre est inspiré d'une vidéo que j'ai entre-aperçu il n'y a pas longtemps ( Merry Christmas - Is it Merry for everyone ? ).

Il y a encore quelques mois, je n'aurais jamais imaginé que Noël et le Nouvel an seraient sources de stress et d'anxiété pour nous. Je l'avais toujours vu comme l'un des meilleurs moments de l'année, celui où la famille est réunie, où on s'échange des cadeaux, où l'on discute jusqu'à tard le soir. Des moments qui étaient rares dans mon enfance, parce que j'ai vécu en Guadeloupe de l'âge de 6 ans à l'âge de 16 ans. Je vivais à plus de 6.000km du reste de ma famille, et les seuls moments où je voyais mes grands-parents, c'étaient durant les grandes vacances, et à Noël.

 

Donc oui, vraiment, Noël a toujours été un moment positif dans ma vie. Un moment où mon père, occupé par la course aux cadeaux, ne se préoccupait pas de mon frère et moi, un moment que l'on partageait surtout avec mes grands-parents, un moment de pause et de joie.

Jusqu'à cette année.

 

Qu'est-ce qui a changé ? La réponse tient en quatre lettres : nous.

J'ai grandis, j'ai ouvers les yeux, et surtout, j'ai appris à écouter le reste de mon système. J'ai réalisé, grâce à Alexis et Daem, à quel point le fonctionnement de ma famille était malsain, quel que soit le coté de la famille que l'on observe.

Et nous nous sommes jurés de ne plus rien laissé passer : ni chantage affectif, ni manipulation émotionnelle, ni paroles invalidantes.

Le contrast a été un peu brusque pour mes grands-parents, et faire respecter nos limites a été difficile.

 

Parce que je sais que mes grands-parents ne le font pas exprès : autre éducation, autre génération, ouverture d'esprit différente. Et je sais que ce que je leur dis, ils ne le comprennent pas complètement et sont blessés par mon attitude.

Et je déteste blesser les gens auxquels je tiens.

 

Mais ça n'a pas été dur d'agir : Alexis a vu son self-control mis à rude épreuve. A tel point que j'ai fini par quitter l'appartement pour clore la dispute, parce que j'ai sentis qu'il allait craquer - et si ce n'était pas lui, ça allait être moi.

Or, que ce soit l'un comme l'autre, on n'est pas très fréquentables une fois énervés, surtout quand on est prit par surprise comme on l'a été, car le compagnon de ma grand-mère n'avait jamais réagit comme ça avec nous auparavant. D'un autre côté, nous n'avions jamais réagis comme ça avec lui non plus.

On a trouvé refuge au magasin de fleuriste où l'on travaille régulièrement depuis Novembre. Une fois les choses calmées, ma mère nous a envoyé un sms pour que l'on rentre, et personne n'a plus abordé le sujet-qui-fâche par la suite. La soirée de Noël s'est bien passée, même si nous n'étions pas tous détendus.

 

Et maintenant, il y a mon grand-père et sa compagne qui viennent pour le nouvel an... le seul avantage, c'est que l'on n'est pas aussi proche que ce que je suis avec ma grand-mère et son compagnon, et que l'on sait qu'il est borné et on ne risque donc pas d'être prit par surprise.

 

Mais du coup, les conséquences de la tension ambiante se font sentir : le corps est épuisé, on a du mal à dormir (cauchemars) malgré le médicament que l'on prend, Alexis n'est vraiment pas au mieux de sa forme, je suis aussi agréable qu'un blaireau qui s'est fait marché sur la queue, et Daem fait ce qu'il peut pour que tout le monde reste calme.

 

Autant dire que je comprends mieux pourquoi certains voient les réunions de famille comme éprouvantes, et qu'on a vraiment tous hâte que les fêtes soient passées.

 



29/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres