Dwelt

Dwelt

Entre le passé et le présent

Ecrit par Plume

 

 

 

 

Il y a des jours où on a envie de rester sous sa couette et de dormir vingt-quatre heures de plus, parce qu'on sait qu'on est à fleur de peau et qu'on risque de craquer.

Pas d'exploser, mais de craquer, et s'effondrer en partie.

 Parce que certaines choses sont difficiles à admettre. On voudrait prétendre qu'il n'y a plus de traces, que tout va bien, qu'on s'est relevé et qu'on va de l'avant... on voudrait que ce soit vrai, on fait tout pour que ça le soit...

 

Et puis il va y avoir cette journée, où on est moins vigilent à propos de soi-même et de l'environnement, où on oublie de se rappeler que tout va bien, qu'on ne craint plus rien. Et il va suffire d'une sensation pour tout figer.

 

J'ai voulu croire que je n'avais pas ou peu de problèmes avec les hommes, que la seule chose qui me gênait par rapport à eux, c'était le fait que plus ou moins consciemment, je cherchais quelqu'un pour remplacer mon père et incarner la sécurité. C'était gênant parce que je ne parvenais pas à me sentir égale à un homme, même de mon âge. Je me sentais comme une petite fille, timide, qui attend qu'on la protège et la prenne en charge. Chez les hommes, je ne cherche pas un partenaire, un compagnon, non. Je cherche quelqu'un comme Daemon, quelqu'un qui me protège et me dit quoi faire.

Quelqu'un qui me traite comme une enfant.

Grâce à ma compagne, j'ai pu en prendre conscience. Ce que je cherche chez une femme est radicalement différent de ce que je cherche chez un homme.

Mais maintenant que j'ai conscience de ça et que j'ai réussis à le dépasser en grande partie, des problèmes plus profonds remontent et je me sens vulnérable.

 

Le moindre contact peut me rappeler mon père. Avant, la recherche de sensation de protection occultait la peur, la faisait passer au second plan, me permettait de me voiler la face quant à ce que je ressentais vraiment. Maintenant qu'il n'y a plus cet écran, et que j'ai récupéré de plus les souvenirs de Caissie, qui sont majoritairement des souvenirs tactiles, un rien me fige de l'intérieur.

Des doigts qui frôlent mon dos, une intonation de voix trop marquée, une réprimande faite d'une voix forte, une phrase, un geste, une attitude...

Et je me fige, et j'ai envie de planter mes crocs, de griffer, de me défendre. Mais je reste sans bouger, osant à peine respirer, vieux réflexe utilisé quand j'étais jeune pour ne pas aggraver la situation et m'en sortir plus vite. J'essaie de me rappeler que ce n'est pas mon père, qu'il ne sait même pas où je me trouve, que je ne risque rien. Daem m'aide aussi, comme il peut.

Bien que ça arrive majoritairement avec eux, ce n'est pas réservé qu'aux hommes. Cela peut aussi arriver avec les femmes, c'est cependant plus rare, pour une raison simple : peu de femmes font dans les 1m80 et ont un gabarit vaguement ressemblant à celui de mon père.

 

Il va aussi y avoir certains mots, certains contexte, qui vont me pousser à me replier. Un simple "fait-moi confiance" peut me hérisser de l'intérieur. Combien de fois ai-je entendu ces mots et ai obtenu l'inverse de ce qu'ils promettaient ?

Il y a des blagues qui me font grimacer plus que sourire, parce qu'elles m'ont été faites des centaines de fois par une même personne.

Il y a des gestes pourtant anodins en apparence qui me tirent des réactions violentes parce qu'ils ont tellement été fait, refait et de façon insistante, que j'en suis venu à les voir comme du harcèlement plus qu'une simple taquinerie.

 

Je sais que les gens ne sont pas mon père. Je le sais très bien, mais les mots et les actes sont toujours gravés dans un coin de mon esprit.

Parce que plus jamais.

 

Mais du coup, je sais que les gens ne me veulent pas du mal, et que ce soit pendant ou après, j'ai honte de la réaction que ça provoque chez moi. J'ai peur de blesser la personne qui l'a provoquée.

Je sais que je ne devrais pas, mais il est plus facile de se taire que d'admettre qu'il y a eu un problème, qu'on est encore bourré de failles, et de s'exposer.

 



29/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 5 autres membres