Dwelt

Dwelt

Claude et Léa

Ecrit par Plume

 

 

 

 

Il y a quelques jours, j'ai discuté avec un autre système ayant un alter pervers (dans le sens « psychopathique » du terme). Ça m'a donné un aperçu de la cohabitation qui pouvait se mettre en place, ce qui m'a un peu rassuré quant à mon propre système.

Comme je l'ai déjà dis, nous av(i)ons deux alters inconnus, dont l'un me semblait être un introject de mon père.

Du coup, aucun d'entre nous n'était vraiment chaud pour aller à sa rencontre. Quant au second alter, tout ce que nous savions c'est qu'elle est une femme.

 

En ce moment, les choses sont assez instables pour nous. Je pense que ça se sens bien au vu du nombre de nouveaux qui ont débarqués en moins de quelques mois, voire quelques jours.

Les choses sont suffisamment brouillons pour m'avoir fait oublier de parler ici de l'arrivée d'Erdian. D'un autre côté, son arrivée a été relativement tranquille et s'est faite naturellement. Cela faisait un bon moment qu'il passait de temps à autre, un peu comme Nico a fait.

 

 

 

Chez nous, l'apparition de nouveaux alters dans le système suit en général un des trois schémas de possibilité suivant :

- tout va bien, le système se sent en sécurité, un alter en profite pour se dévoiler enfin

- tout ne va pas bien, le système galère, un alter se dévoile pour aider (ou pas)

- l'un des alters déjà dévoilé cherche activement dans des recoins où personne d'autre n'aurait mis le nez.

Et si au cours de ces trois dernières années, on a souvent été dans le premier cas et une fois dans le troisième cas, en ce moment on est clairement dans le second.

 

La situation à la fac est toujours instable, la situation à la maison l'était aussi jusqu'à hier comme ma grand-mère et mon grand-père étaient là pour une semaine. Du coup, on a fait comme on pouvait, et ça a réveillé certaines choses qui ont profité de ces dernières années de calme (relatif) pour remonter proche de la surface.

Ces derniers mois, on a eu pas mal de flash-backs nouveaux, concernant des souvenirs dont aucun d'entre nous n'avait conscience avant qu'ils ne nous explosent à la figure.

Et puis, évidemment, les nouveaux alters.

 

 

 

Alors qu'est-ce que qui s'est passé avec ces deux inconnus ?

J'étais en train de faire un tour pour discuter avec tout le monde avant d'aller nous coucher, faire un câlin aux petits, voir si tout le monde allait bien, dire bonsoir etc. quand j'ai sentis que ce fameux alter tournait dans le coin. Ça faisait presque deux ans que Daem et moi repoussions le moment de tenter de lui faire une place dans le système. Avec l'expérience que l'on a eu avec Alexis, j'étais partagée par deux sentiments : le malaise à l'idée de repousser un autre alter et l'appréhension que ça tourne mal.

Mais voilà, quand bien même on le repoussait, ça ne l'empêchait pas d'être actif. Il n'était pas enfermé, donc pouvait exercer son influence sur nous sans aucun problème, contrairement à Alexis qui, quand il était enfermé, ne pouvait que nous faire sentir une partie de ses émotions (et encore...).

Il est actif depuis le début, et nous n'avons jamais eu de réels problèmes jusqu'à maintenant.

 

… bon, Daem me signale que l'explosion de certaines relations extérieures auraient quand même pu être évitées et que les persécutions internes sont à considérer comme un problème.

J'ai peut-être une fenêtre de tolérance un peu trop large quand il s'agit de considérer quelque chose comme « problématique ».

 

Malgré ma peur, j'ai donc réussi à convaincre Daem et Alexis de tenter le coup. De nous jeter à l'eau une bonne fois pour toute plutôt que de prétendre ne rien voir en espérant que rien ne change et que tout se passe bien. Les garçons étaient aussi enthousiastes que moi à cette idée, mais on avait tous les trois concience qu'il allait falloir qu'on fasse quelque chose à propos de cet alter, et que plus on retardait le moment, plus on risquait d'empirer la situation.

Comme je l'ai déjà dis, on avait eu un bon exemple de ça avec Alexis.

Daem et moi avons donc baissé les barrières, et on est tombé sur un sacré phénomène.

 

Déjà, on s'est retrouvé devant un « gamin » de seize ans. Il nous a avoué qu'il prenait l'apparence de mon père uniquement quand il sentait que ça donnerait plus de poids à ce qu'il voulait nous transmettre, sinon il se contentait de faire son job : persécuteur.

Ça signifie défoncer verbalement les gens extérieurs qui nous blessent, déjouer les petites manipulations de mon père, mais aussi nous balancer des vacheries par influence passive lorsqu'il estime qu'on ne se comporte pas correctement (ou quand ça l'amuse).

Ses cibles préférées ? Alexis et moi.

Il a peur de Daem parce que c'est lui qui a tous les pouvoirs dans le monde intérieur, et sait que si il s'en était pris aux gamins, il aurait fini enfermé avant d'avoir eu le temps de dire ouf.

Mais Alexis et moi, on ne l'impressionne pas le moins du monde.

Génial.

 

Après avoir réussi à convaincre Daem que l'enfermer n'était vraiment pas la solution, j'ai voulu savoir le nom de notre nouvel ami. Il nous a fait une démonstration de son humour un peu limite en me répondant « Bertand » avec un air totalement décontracté. J'ai tout de suite sentis qu'il me mentait, et il m'a répondu qu'il me donnerait un indice si je trouvais pourquoi il avait choisi Bertrand.

Je crois que le pire dans l'histoire, c'est que quand j'ai compris, j'ai été capable d'apprécier cette forme d'humour noir qui frôle l'amoral... et je n'en dirais pas plus ici, ce n'est pas une blague je trouve pertinente à rapporter. Si vous suivez un peu les actualités, vous n'aurez pas de mal à comprendre.

Au final, il m'a donné son indice, et j'ai pu trouver son vrai prénom : Claude.

 

Maintenant qu'on ne le bloque plus (ou, dans le cas de certains, qu'on essaie), il n'arrête pas de tester pour voir jusqu'où Daem et moi comptons le contrôler.

Avant-hier, il avait envie de tester mon grand-père, qui s'est déjà vanté d'être l'un des seuls à avoir réussi à contre-manipuler mon père, et j'ai gagné un joli petit mal de tête en l'empêchant de sortir. Sur ma volonté, Daem m'a laissé gérer, autant parce qu'il sait qu'il faut que je prouve à Claude que je ne suis pas à sa disposition que parce que sinon, il aurait réglé le problème de façon un peu trop violente.

Oui, en ce moment il vaut mieux éviter d'énerver un de nos protecteurs...

 

Mais revenons à Claude. On sait tous qu'il est largement plus intelligent que mon père et capable de s'infiltrer dans les failles des gens et de les toucher là où ça fait le plus mal, c'est son job, mais on essaie maintenant de lui faire comprendre qu'il n'a pas à prouver qu'il est vraiment le plus fort.

On sait qu'il l'est. C'est bon. Pas la peine de tenter le diable.

Le soucis, c'est que ça l'amuse. Ces derniers jours, on est en plein dans un jeu du « qui pisse le plus loin ».

 

Daem dit que si ça continue comme ça, il va imiter les AG étudiantes de ma fac et réunir tout le monde pour un vote à main levé ayant pour thème : « qui veut qu'on envoie Claude dans la cave ? ». Et ça, c'est si il est de bonne humeur au moment où il en prendra marre.

Moi qui déteste les démonstrations de force et aimerais que le système soit basée sur une totale coopération plutôt qu'une démocratie à tendance tyranique (pour reprendre le terme de Daem), je suis absolument enchantée par le climat qui règne actuellement, entourée de garçons prêt à s'écraser mutuellement dès que l'un d'entre eux dépassera les limites.

 

Quelque chose me dit que trouver un moyen de cohabiter va être compliqué... On est toujours en négociation pour que Claude arrête de s'amuser avec Alexis et moi, mais on a du mal à trouver une réponse à son : « moi ça m'amuse et je suis doué pour ça. Vous voulez que j'arrête, mais qu'est-ce que j'y gagne ? »

La seule chose qu'on peut vraiment faire contre lui, c'est l'enfermer, et il sait qu'à moins qu'il y ait un risque réel pour notre survie ou pour celle de quelqu'un d'autre, je suis rigoureusement contre cette technique. Or Claude n'est pas intéressé par la violence physique. Faire du mal physiquement, c'est facile, n'importe qui peut y arriver, mais faire du mal à la personne sans la toucher, c'est presque un art à ses yeux. Et même si il en a déjà eu envie, il sait que ça serait contre-productif de pousser quelqu'un au suicide. Il sait que ça ferait flipper le reste du système et qu'il risquerait d'y perdre sa liberté.

En gros, il connait les limites à ne surtout pas dépasser et s'arrange pour les frôler sans les franchir. Donc même si il pourrait être dangereux, il n'y a, au final, aucun risque réel.

Donc pas d'enfermement.

Donc un peu coincés dans nos négociations.

 

Cependant, je garde espoir. Maintenant qu'il n'est plus poussé à l'écart du groupe, il y a moyen que les choses changent petit à petit. Il a beau dire « cause toujours » quand je dis qu'il va peut-être finir par se rendre compte qu'on ne risque plus rien, donc qu'il n'a plus à devancer les punitions et critiques en interne, je me dis que ça finira bien par monter au cerveau un jour ou l'autre.

Avec le temps, Alexis a réussi à apprendre à se contrôler plus ou moins et à se canaliser, pourquoi pas Claude ?

D'autant plus que maintenant qu'on a tous conscience d'où sortent certaines piques et discours critiques, on sera plus à même de ne pas les écouter et de dire à notre cher persécuteur d'arrêter.

 

Mais Claude n'a pas été le seul que l'on a repêché ce soir.

D'ailleurs, Claude n'était pas d'accord quand j'ai suggéré que, tant qu'à faire, autant partir à la recherche du second alter inconnu. Et ça n'a fait que me rendre encore plus curieuse.

J'ai pas été déçue du voyage...

Claude nous a ainsi présenté Léala, dite Léa, qui lui est totalement soumise. Il refuse qu'elle interagisse avec le reste du système, et on ne se demandera pas pourquoi. Le sale caractère que l'on a tous risquerait de déteindre sur elle, et il ne veut pas prendre le risque de perdre sa chose.

 

 

 

Ça fait beaucoup en peu de temps.

Linda, qui m'a foutue une frousse telle que j'ai encore du mal à l'accepter, et maintenant Claude et Léa.

Trois alters en moins de deux semaines, quatre en l'espace de trois mois.

Mais d'un autre côté, maintenant qu'il ne reste plus personne qui traîne autour du système, ça nous donne enfin l'impression d'être au complet et ça fait du bien. On sait plus ou moins à quoi s'attendre les uns avec les autres, quand bien même ça veut dire qu'on sait que Claude nous réserve des surprises, et on a l'impression d'être entier.

 

On sait qu'il y a sûrement encore des alters planqués dans des recoins, mais on va d'abord profiter de notre impression d'avoir trouver tout le monde, et prendre le temps d'apprendre à fonctionner tous ensemble, avant de nous relancer dans une chasse aux fantômes.

 



20/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 7 autres membres