Dwelt

Dwelt

Encore un petit changement

Ecrit par Plume

 

 

 

 

Vivre à plusieurs, ce n'est pas quelque chose d'inné.

On teste des trucs, on apprend, on discute, et la plupart du temps, on ne sait pas vraiment ce qu'on est en train de faire.

Nous ne sommes pas un système très porté sur les switchs, les changements de personnalités. On s'influence, on entre en co-présence et co-conscience, et du coup le résultat général est assez... hasardeux. En tant que personne, on pourrait être qualifié d'instable, largement. Surtout quand on est fatigué ou stressé, et que c'est un peu « qui veut vient ». Les gens se retrouvent sans avertissement devant un Alexis de mauvaise humeur, ou bien une Plume qui est déconnectée de la conversation, et ça peut vite donner des résultats qu'on aurait préféré éviter.

Maintenir des relations stables dans ce genre de cas peut être périlleux. En général, on s'éloigne dès qu'on sent que l'ambiance générale à l'intérieur n'est pas top, et ça suffit à éviter les problèmes. Mais, parfois, c'est trop rapide (même pour nous) et ça fini par de l'incompréhension de la part des gens en face.

 

Ces derniers temps, on a prit de la distance vis-à-vis certaines de nos relations, principalement à cause de ce hasard au niveau des émotions. Avec Daem et Alexis, on forme le trio le plus actif, et on est de plus en plus proche. Si on m'avait dit ça un an auparavant...

Mais oui, Alexis s'est pas mal stabilisé, et si il y a encore des hauts et des bas, c'est relativement gérable. Pas facile, mais gérable. Du coup, il assure comme un chef dans son rôle de protecteur. Mais c'est le plus impulsif de nous trois, et si cela est bien parce qu'il n'attend pas après Daem ou moi pour faire valoir nos droits, ça peut aussi être difficile parce qu'on s'influence les uns des les autres. On perçoit les émotions les uns des autres. Même si on sait que ce ne sont pas les nôtres, on les sens plus ou moins tout de même. Et quand tu, en tant que personne, en vient à aimer et détester une personne en même temps, c'est aussi déroutant qu'épuisant, surtout quand on parle de deux hypersensibles comme Alexis et moi.

 

Alors récemment, on a réfléchit, et on s'est rendu à l'évidence que le « C'est Plume qui gère » ne s'appliquait plus. Ils ne peuvent plus se contenter de me suivre, pas alors qu'on a atteint un point où, régulièrement, Alexis termine mes dessins quand il estime que je ne vais pas assez vite, ou que Daem nous fait acheter un livre qu'il sera le seul à lire, sans parler de Nathan qui va faire exploser le budget peluches. Un point où chacun à ses préférences en matière d'amis, où chacun envoie des sms à qui il veut, où on ne sait jamais à l'avance qui va dominer sur les trois.

Ce n'est plus une vie à un, puis huit. C'est une vie à trois, puis six. Et ça demande des ajustements...

Par exemple, tous les membres de ma famille dont on est les plus proche (ma mère, ma grand-mère maternelle et son compagnon) sont désormais au courant pour le système. Ce n'était juste plus possible de continuer à cacher tout ça, pas alors que l'on vient de passer deux semaines chez mes grands-parents. Ils ont pris la nouvelle beaucoup mieux que ma mère, d'ailleurs.

Ca nous a permis d'être plus détendu. Plusieurs « on » et « nous » ont glissé durant la conversation initiale, puis ensuite durant le séjour, sans que personne ne s'en étonne. Nathan a pu avoir son quart d'heure de folie de peluche sans recevoir de commentaires sur un enthousiasme inapproprié pour un adulte de vingt-et-un ans, comme ça a déjà pu arriver par le passé.

Aussi, on a réfléchi à la façon dont on voyait notre avenir. Pas au niveau professionnel, on s'est déjà mis d'accord là-dessus, ce pourquoi on a changé de voie, mais plutôt au niveau émotionnel.

Qui pouvons-nous considérer comme des amis ? Et que faire au niveau des relations amoureuses ?

 

Pour les amis, c'est à la fois simple et compliqué : chacun de nous a sa propre échelle de l'amitié, et donc les amis des uns ne seront pas forcément les amis des autres, mais chacun doit faire un petit effort.

Pour les relations amoureuses, on a décidé de durcir les règles. Ou plutôt, on s'est rendu à l'évidence : les règles ont changé d'elles-mêmes. Daem, Alexis et moi-même sommes désormais trop proches au quotidien pour que l'un de nous fréquente quelqu'un que les deux autres peinent à voir ne serait-ce que comme un ami.

Alors voilà, on a décidé qu'on ne s'engagerait qu'auprès de quelqu'un ayant la sympathie de notre trio principal, et étant quelqu'un de sûr pour les petits.

C'est une décision aussi banale qu'étrange et importante. Alors même que c'est moi qui ai lancé l'idée, je ne sais pas trop quoi en penser. Ça promet beaucoup de coups de cœur vains pour nous trois.

 

Actuellement, je suis redevenue célibataire. Les évènements de ces derniers mois m'ont épuisée au niveau émotionnel, et je ne sais plus vraiment ce que je ressens, que ce soit en amour ou en amitié. J'ai juste envie, et besoin, de relations stables et calmes, des relations qui me rassurent. Des amis, en somme, et étant quelqu'un de sociable malgré l'épais mur de méfiance et de crainte derrière lequel je me cache, heureusement que j'en ai des géniaux. Ils connaissent mes limites et les respectent sans discuter, sans même que j'ai eu besoin de le dire. Ça fait un bien fou de voir qu'il existe des gens qui sont capables de me comprendre instinctivement.

Concernant Alexis, ça va faire un moment qu'il a un coup de cœur pour une de mes amies. Mais il ne veut pas exposer quelqu'un d'extérieur à ses émotions en yo-yo, déjà que Daem et moi l'aidions à gérer est presque trop pour lui.

Quant à Daem, sa dernière expérience l'a beaucoup, beaucoup refroidit.

Autant dire que l'amour n'est, pour le moment, pas une priorité.

 

Voilà donc où on en est, encore à tenter de stabiliser tout ça.



25/08/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres