Dwelt

Dwelt

De Cassie à Cassandra

Ecrit par Plume le 09/06/2016

 

 

 

 

Caissie est devenue Cassandra il y a quelques jours de cela.

Caissie était la seconde plus jeune de notre système, ayant la phobie du mon extérieur. Les gens l'effrayaient, et quand elle se trouvait dehors avec moi, le moindre contact sur la peau, qu'il soit humain ou provenant d'un objet, pouvait la faire paniquer.

Ses premiers souvenirs étaient ceux où mon père m'avait/nous avait ligotée(s) avec ma propre ceinture de judo et laissée(s) là pendant un bon bout de temps. Autant dire qu'on a vu mieux comme façon de découvrir le monde...

Tout ce qui pouvait lui rappeler un quelconque contact physique avec mon père la faisait donc paniquer, au point d'avoir des crises d'angoisses pour presque rien. Avec le temps, elles sont devenues de plus en plus rare, et ciblées uniquement sur des choses qui ressemblaient à ce que mon père a pu nous faire.

Malgré tout, elle avait toujours comme premier réflexe de se cacher aussi loin que possible dès que nous n'étions pas seules. Et quand nous étions seules, elle ne venait au contrôle avec moi que dans la salle de bain, parce que c'est la seule pièce qui se ferme de l'intérieur, et où personne ne peut entrer.

 

Si depuis le début je parle d'elle au passé, c'est parce que depuis Samedi dernier (04/06), elle n'est plus vraiment présente.

Nous étions toutes les deux dans la salle de bain, comme d'habitude, quand elle a soudainement explosée en pleurs, en disant qu'elle en avait assez d'avoir peur, qu'elle voulait être comme tous les autres, pouvoir sortir et rencontrer du monde, qu'elle voulait que tout ça s'arrête. Par "s'arrête", elle voulait dire qu'elle voulait que elle et moi, on fusionne. Nous en avions déjà vaguement parlé toutes les deux, même si je n'aimais pas franchement l'idée ça avait l'air de lui tenir à coeur, donc je ne m'y étais jamais opposée.

Ca a été quelque chose d'étrange. On a fusionnée au point que quand j'ai paniqué et me suis mise à la chercher, je ne la trouvais plus du tout, par contre je pouvais sentir sa présence en moi, en quelque sorte.

 

La soudaineté de la chose a choqué tout le monde. Alexis s'est tenu loin de nous pendant deux jours, et il a fallu qu'Alix retrouve Nathan et qu'on le rassure parce qu'il a une peur bleue de la fusion.

On est resté une bonne dizaine de minutes sans bouger, puis quand j'ai finalement repris le contrôle de mes émotions, je me suis remise à chercher non pas Caissie, mais juste une réponse. Et là j'ai eu l'impression que quelque chose "sortait du néant" et me répondait. C'était Caissie, sans être vraiment elle.

 

Chaque alter a une sorte de signature, grâce à laquelle on se reconnaît les uns les autres. Celle de Caissie n'existe plus, ou plutôt elle existe, mais morcelée en deux, ce qui fait que quand je chercher l'ancienne Caissie plutôt que la nouvelle, qui a choisi de se renommer Cassandra, je me retrouve face au vide.

En fusionnant avec moi, Caissie m'a donné la plupart de ses souvenirs et ses émotions liés à la peur qu'elle ressentait. En se séparant de moi, Cassandra m'a laissé une énorme partie de ces souvenirs et émotions.

 

Ca lui a permis de stabiliser un peu plus son âge. Caissie pouvait avoir entre 10 et 15 ans, Cassandra a entre 15 et 16 ans. Au niveau émotionnel aussi, ça lui a permis de progresser. Elle n'est plus paniquée, seulement timide, comme peut l'être n'importe qui. Sa part du monde intérieur est en train de changer aussi. D'un endroit sombre où il est facile de se cacher, ça devient petit à petit ce qui ressemble à un pré vert et fleurit avec une parcelle de forêt dans un coin.

De mon côté, si j'ai l'habitude de gérer le sentiment de peur, j'ai l'impression d'être retournée au début de mes efforts pour passer au-dessus ma phobie sociale. Des petits trucs tout simples comme aller à la pharmacie me demandent à nouveau une demi-heure de préparation mentale avant que je ne trouve le courage d'y aller. Ca pourrait être décourageant, mais j'y suis arrivée une fois, je sais que je peux à nouveau y arriver, et certainement plus rapidement que la première fois.

 

Sur une note plus positive, la panique liée à certains souvenirs s'est aussi calmée. Avant, la simple idée que l'on pourrait être attachés, même si la personne qui le dit plaisante, suffisait à me mettre mal à l'aise et à faire paniquer Caissie. On s'est rendu compte pas plus tard qu'aujourd'hui que certes, on aime toujours pas ça, mais ça ne fait plus paniquer qui que ce soit.

 

C'est donc un changement un peu radical, mais un changement qui va globalement dans le sens du progrès, ce qui est assez motivant pour la suite.

 



21/04/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres