Dwelt

Dwelt

Alters en tant qu'intrus

Ecrit par Plume

 

 

 

 

 

La principale raison pour laquelle je traîne du côté anglais plus que du côté français quand ça concerne les alters, c'est le manque d'information. Aucun forum tenant debout n'existe. Seul un topic par-ci, un topic par-là, sur Doctissimo ou autre. Le seul forum que j'ai trouvé m'a fais froid dans le dos, ses membres prônant l'intégration/fusion et refusant d'accepter vraiment les alters.

Bon, après j'ai peut-être mal cherché, je n'exclus pas cette possibilité.

Cependant, ça m'a poussé à m'interroger sur cette tendance à voir les alters comme des intrus à bannir à tout prix.

 

Avec Daem, les choses se sont faites naturellement. En un sens, il a toujours été là.

C'est avec les autres que ça a été plus compliqué. Je ne voulais pas qu'on soit plus de deux. Déjà parce que c'est une idée passablement effrayante, et ensuite parce que j'avais peur de perdre ce lien privilégié avec Daemon.

 

Seulement qu'on le veuille ou non, ils sont là, et une fois qu'on a toqué à leur porte, on ne peut plus la refermer totalement.

Je ne les ai jamais vraiment vu comme des intrus à chasser, mais plus comme de possibles éléments perturbateurs, qui viendraient voler mon Daemon. Parce que je suis quelqu'un qui n'aime pas le favoritisme, je savais à l'avance que j'allais essayer d'accorder autant de temps à tout le monde, et que ça voulait dire moins de temps avec Daemon.

J'ai pu voir que les liens entre alters ne fonctionnaient pas vraiment comme ça, du moins dans notre système.

Mais voilà, si j'ai eu une courte période de déni, je n'ai jamais vraiment tenté de les faire "dégager". Je tentais plutôt de prendre un escalator à l'envers.

 

Alors pourquoi une grande majorité voit les alters comme un problème dont il faut se débarrasser ?

Avoir des alters, c'est devoir partager sa vie avec d'autres personnes. Même quand on est comme moi, présent 99,9% du temps, on est quand même plusieurs dans un même corps, une même tête, donc une même vie.

On se retrouve à acheter des trucs dont on a pas forcément envie, à fréquenter des gens qu'on apprécie pas forcément, à ressentir des choses qui ne nous appartiennent pas. Les décisions importantes se prennent à plusieurs, c'est une chaîne éternelle de compromis.

Et beaucoup de gens s'arrêtent à ça.

"ça", l'aspect négatif, qui est dur à supporter, surtout quand le système a été dormant pendant longtemps.

Vu sous cet angle, effectivement, les alters sont des intrus, des parasites. Le but de tout système devrait être de réussir à fusionner toutes les personnalités en une seule. Devenir un singleton (personne avec une seule personnalité).

 

Beaucoup de systèmes essaient, surtout parce que c'est la grande lubie des psychiatres. Nous faire devenir "normal". Mais au final, peu de fusion réussissent et durent dans le temps. Un esprit qui a été fractionné se fissure beaucoup plus facilement qu'un esprit qui a toujours été entier.

 

Pourquoi certaines personnes restent-elles bloquées sur le négatif ?

Imaginez-vous une scène : vous êtes tranquillement en train de faire vos courses. Vous êtes dans le rayon boissons, en train de choisir ce que vous allez emmener à la fête d'un ami ce soir. D'un coup, vous rouvrez les yeux et vous retrouvez en caisse. Dans votre caddie, au lieu de la bouteille de coca et des trois paquets de chips prévus, il y a aussi des glaces, des gâteaux, une rappe à fromage, trois sachets de salades et un paquet de cacahuète alors que vous y êtes allergique.

Oui, vos alters ont eux aussi fait leurs courses.

Vous enlevez le paquet de cacahuète de votre caddie (peut-être qu'un de vos alters n'y est pas allergique, mais sait-on jamais...) mais achetez tout de même le reste. Vous rentrez chez vous, commencez à vous préparer pour cette fête... puis rouvrez les yeux trois heures plus tard devant un dessin animé.

Ouaip, vous avez manqué la fête de votre ami à cause d'un petit qui voulait regardé la télé.

 

J'ai de la chance, on ne switch jamais, ce genre de black-out m'est donc inconnu (où alors je suis amnésique de ma propre amnésie), mais c'est quelque chose qui arrive sur le forum anglais que je fréquente.

On peut comprendre que certains ne puissent pas supporter leurs alters.

 

Mais même sans switcher, avoir des alters peut être compliqué. Quand Alexis pique une crise de nerf, je ressens ses émotions, et je dois garder mon calme pour deux ; si Daem se pointe pendant que je suis en train de manger, des choses que je trouve bonnes vont soudainement avoir un goût insupportable ; je vais pouvoir lire un livre, et devoir le relire parce que je ne me souviens même pas vaguement de l'histoire.

 

Donc oui, avoir des alters, ce n'est pas tout beau tout rose.

Mais le plus souvent, c'est en apprenant à accepter son système que les problèmes s'amoindrissent. Ce n'est cependant pas facile pour tout le monde. Mais rejeter ses alters n'aide pas, bien au contraire.

 

C'est humain d'être dans le déni, le refus, le rejet. Il faut apprendre à dépasser ces premiers réflexes, parce que c'est le seul moyen de reprendre le contrôle sur ce qu'on considère comme étant notre vie, qui est aussi la leur. Parce qu'être morcelé est la façon de fonctionner de notre esprit. Certes la fusion peut fonctionner, mais beaucoup échoue parce que l'esprit se sent plus en sécurité sous la forme de plusieurs personnalités.

 

Plusieurs personnalités, ça veut dire plusieurs faiblesses, mais aussi plusieurs forces. En apprenant à connaître son système, en développant des relations avec ses alters, on peut apprendre à utiliser les forces de chacun au bénéfice de tous.

Untel est fort pour les interactions sociales ? Machin se débrouille mieux en Physique qu'en Histoire ? Bidule est le meilleur pour gérer les conflits ? il ne reste plus qu'à faire en sorte que tout le monde accepte de changer de place au moment voulu afin que chacun puisse être dehors au moment le plus propice. Et c'est là que les choses se compliquent, parce que Machin s'en fiche de la réussite scolaire et Bidule en a marre d'être le grand méchant qui râle après tout le monde.

Mais avec du temps et de la patience, il est toujours possible d'atteindre une forme de coopération et d'entente.

 



23/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres